La soie, pour un monde de douceur

La soie, synonyme de délicatesse et de fraîcheur, est une fibre naturelle que l'on retrouve aussi bien dans l'art qu'à la maison. Tissu unique en son genre, la soie est devenue populaire pour l'élégance et la douceur qu'elle procure.

La soie, pour un monde de douceurPhoto: 123RF

La soie est un textile naturel, produit par les araignées et certaines chenilles. La soie utilisée dans la fabrication de tissu vient d'ailleurs de la chenille d'un insecte appelé "Bombyx du mûrier", plus précisément du cocon que cette chenille tisse avant sa mue en papillon. Ce papillon a été créé sélectivement par sériciculture (l'élevage de vers à soie) et n’existe dans aucun milieu naturel.

Les débuts de la soie

Textile rare et cher, la production de la soie a longtemps été assurée exclusivement par la Chine. La plus ancienne technique de production de soie naturelle est estimée y être apparue 2500 avant J-C. Les Chinois ont d’ailleurs pu garder le secret de la soie pendant des millénaires, se contentant d’en faire le commerce à prix d’or avec l’Occident en passant par la célèbre Route de la soie. L’engouement des Occidentaux pour ce tissu doux et exotique a été tel qu’il fût rapidement considéré comme un signe extérieur de richesse.

La fabrication de la soie ne s’est ensuite répandue qu’à partir de l’an 560, et la France ne se lança dans la sériciculture à un niveau industriel qu’à partir 13ème Siècle. Auparavant, seul l’ancien empire Byzantin en avait le monopole en Europe.

Comment se fabrique la soie ?

La soie est obtenue des cocons de bombyx nourris exclusivement avec des feuilles de mûrier blanc ou noir. Le cocon est fait d’une bave qui se durcit au contact de l’air pour former un fil de soie brute. La récupération de ce fil se fait en plusieurs étapes : une fois les cocons cueillis de leur support et calibrés, ils passent à l’étouffage à 80°C dans des étuves pour être ensuite trempés dans de l’eau bouillante pour les ramollir. Une fois séchés, ils passent ensuite à la filature, une étape délicate qui consiste à trouver l’extrémité de chaque fils des cocons, à les réunir par groupe de dix, et à les enrouler ensuite sur des dévidoirs pour remplir des écheveaux. On obtient ainsi de la soie grège. Pour obtenir 1 kg de soie grège, il faudra environ 6 kg de cocons selon leur qualité. Pour finir, la soie grège est emmenée en atelier pour y être tissée.

Les avantages de la soie

Légère et agréable au toucher, la soie offre l’avantage de laisser respirer la peau durant les grosses chaleurs et de réchauffer pendant l’hiver. Par ailleurs, les vêtements en soie sont souples et élégants, idéal pour cacher un petit détail que vous n’aimeriez pas mettre en valeur. Une poitrine trop volumineuse ? Quelques petits kilos en trop ? Enfilez une blouse en soie que vous porterez avec une ceinture et laissez la matière parlez d’elle-même.

Et si les habits faits en soie procurent une sensation de fraîcheur permanente, il en est de même pour les linges de maison qui offrent confort et volupté en saison chaude comme en saison froide. A la douceur des draps et couettes en soie s’ajoute le luxe indéniable que suggère la texture ce cette matière fluide. Enfin, il faut savoir que la soie est un textile solide, qui résiste très bien aux abrasions et qui durera longtemps pour peu qu’on y fasse un minimum attention.

Par

Publié le

A lire ailleurs