Dépression : les signes qui doivent vous alerter

Elle toucherait plus de 3 millions de personnes en France, la dépression peut avoir des origines multiples, qu'il s'agisse d'accidents de la vie ou d'une fragilité liée à l'hérédité. Il n'est pas toujours évident pourtant de la diagnostiquer. Car ses symptômes sont aussi bien physiques que psychologiques. Ils peuvent donc être aisément confondus avec d'autres types d'affections.

Dépression : les signes qui doivent vous alerter

Coup de blues passager ou véritable dépression, pas toujours facile de faire la différence entre les deux. Les autorités de santé ont pourtant isolé les signes qui doivent alerter.

Tristesse, fatigue, découragement, idées noires, certains symptômes physiques et psychologiques laissent ainsi peu de place au doute et devraient amener à consulter un professionnel de santé.


Des signes psychologiques

Si la dépression peut facilement passer sous les radars, notamment de la personne qui en est atteinte, certains signes psychologiques doivent pourtant alerter, au premier rang desquels la tristesse.

Envahissant, ce sentiment de tristesse est aussi permanent. Il s'accompagne souvent d'idées noires pouvant aller jusqu'à des pensées suicidaires. La personne déprimée peut ainsi se sentir totalement découragée, avoir une vision très pessimiste de l'avenir et être en proie à des crises de larmes difficiles à expliquer.

Une mauvaise estime de soi, un sentiment de culpabilité, l'impression d'être nul, d'accumuler les échecs, de ne pas être aimé par les autres est aussi très caractéristique.

Toute la vie du malade s'en trouve affectée. Il va ainsi se désintéresser des activités qui lui donnaient du plaisir jusque-là et se replier sur lui-même. Ses relations professionnelles et personnelles peuvent alors en pâtir.

Des symptômes physiques

Aux symptômes psychologiques s'ajoutent les signes physiques de la dépression. Et c'est ici que le problème se corse, car les difficultés rencontrées peuvent aisément être attribuées à d'autres types d'affections.

La fatigue est ainsi un élément caractéristique de la maladie. Elle peut être invalidante, ne s'améliore pas avec le repos et n'est pas consécutive à un effort physique. Les tâches du quotidien peuvent alors être difficiles à assumer.

Une baisse de libido est aussi fréquemment rencontrée en cas de troubles dépressifs. Mais elle n'est pas la seule. Car on remarque également des troubles du sommeil avec problèmes d'insomnies, réveils nocturnes, difficulté à se rendormir et un sommeil non réparateur.

Les troubles alimentaires sont là aussi classiques dans ce type d'affection. Il peut s'agir d'une perte d'appétit, induisant une perte de poids, ou au contraire de tendances boulimiques pouvant conduire, à l'inverse, à prendre du poids.

Enfin, on constate souvent un ralentissement général avec une baisse de la concentration, de l'attention, des pertes de mémoire, des difficultés à s'exprimer ainsi que des troubles digestifs.

Faire la différence entre coup de blues et dépression

Ressentir une profonde tristesse ou un découragement n'a parfois rien de dramatique. Les émotions négatives, les baisses de moral et d'énergie font partie intégrantes de la vie. Il est ainsi tout à fait normal de se sentir déprimé après le décès d'un proche ou la perte de son emploi.

La différence entre une déprime et une dépression tient à une chose. La première est passagère alors que la seconde peine à disparaître. Elle n'est d'ailleurs pas toujours liée à un événement difficile de la vie.

Alors si les symptômes décrits précédemment s'installent, perdurent, ne s'améliorent pas, mieux vaut consulter un professionnel de santé. Le médecin généraliste pourra alors poser un premier diagnostic et réorienter vers un spécialiste s'il le juge nécessaire. Ils décideront ensuite de l'approche thérapeutique la plus adaptée pour sortir de la maladie. Car la dépression se soigne, permettant au malade de retrouver enfin la qualité de vie qu'il avait perdue.

>> A LIRE AUSSI : 8 bonnes idées pour sortir de la déprime

Par

Publié le