Décryptage sur les dates de péremption

Alors que le gaspillage alimentaire atteint des sommets, les dates de péremption ne sont pas toujours bien expliquées. S'agit-il véritablement d'une date limite à la consommation, ou est-ce plutôt une recommandation ?

Décryptage sur les dates de péremption

Tous les produits alimentaires que l'on achète dans le commerce ont une date de péremption, plus ou moins éloignée dans le temps. Mais cette limite, fixée par les fabricants pour protéger la santé des consommateurs, est-elle vraiment dans notre intérêt ou nous pousse-t-elle à jeter sans raison des kilos de nourriture emballée chaque année ?

DLC, DLUO et DDM : la différence

Il convient tout d'abord de faire la distinction entre les différentes indications imprimées sur les emballages. La DLC (date limite de consommation) indique la date à laquelle un produit n'est plus propre à la consommation : “à consommer jusqu'au/avant le”. La DLUO (date limite d'utilisation optimale) ou la DDM (date de durabilité minimale) indiquent qu'un produit sera meilleur s'il est consommé avant la date indiquée. C'est le fameux “à consommer de préférence avant le”.

Dans ce dernier cas, jeter l'aliment à la date indiquée relève purement et simplement du gaspillage alimentaire si le produit ne semble pas altéré. Mais c'est également le cas pour de nombreux produits sur lesquelles figurent une date de péremption. Si les restaurateurs ont l'obligation de respecter cette date, ce n'est pas le cas pour les particuliers.

A consommer après la date de péremption

Pour de nombreux aliments, les dates de péremption indiquées sont bien trop proches. En réalité, si votre produit n'a pas été entamé (et donc pas mis en contact des bactéries), il peut être consommé longtemps après la date de péremption. Voici les exemples les plus flagrants :

> 2 semaines : les yaourts (il s'agit des yaourts nature ou aux fruits, et non pas des crèmes dessert, qui sont à base d'œuf, et qu'il faut donc consommer rapidement), le jambon cru et le saucisson ;
> 2 mois : le lait pasteurisé, les sauces (ketchup, bolognaise…), la pâte à tartiner, les biscuits secs, les céréales et les chips ;
> Plusieurs mois : les produits surgelés (s'il n'y a pas eu rupture de la chaîne du froid) ;
> 1 à 2 ans après : le chocolat, le thé, le café, la farine, les conserves, les pâtes, le riz, la semoule ou les lentilles.

Restez bien sûr vigilant à tout changement. SI votre produit prend une teinte étrange ou dégage une odeur ou un goût inhabituels, mieux vaut ne pas le consommer. Pour les fromages à pâte dure, ils sont consommables plusieurs semaines après la date de péremption, mais leur goût s'altérera à cause des bactéries qu'ils contiennent.

Des aliments qui se conservent à vie

Le miel, les épices (même si elles peuvent perdre un peu de leur saveur), le sucre et le sel sont des aliments qui se conservent à vie. Le miel peut durcir et foncer légèrement avec le temps, il suffira de quelques instants au bain-marie pour qu'il retrouve sa fluidité. Voilà une bonne nouvelle !

>> A LIRE AUSSI : Comment éviter le gaspillage alimentaire

Publié le 04/11/2016, par Anaïs Sybellas

"J'aime citer Goethe : Quoique tu rêves d'entreprendre, commence-le. L'audace a du génie, du pouvoir, de la magie."