Comment cultiver ses propres champignons ?

Cultiver ses propres champignons à la maison, c'est possible. Au-delà de l’aspect écolo d’une telle démarche, c’est toujours un réel plaisir de voir la nature à l’œuvre. Et dans l'assiette, au moins, on est sûr de ce qu'on mange.

Comment cultiver ses propres champignons ?Photo: Wendy

On peut facilement cultiver des champignons comestibles, c’est que l’on appelle la myciculture ou fungiculture. Mais ce type de culture nécessite tout de même un minimum d’attention et des conditions appropriées pour le développement des champignons.

Les champignons comestibles et cultivables

Il n’existe pas plus d’une trentaine d’espèces de champignons comestibles et cultivables. Chacune a ses spécificités et il faut adapter votre champignonnière aux variétés : supports à utiliser, température ambiante, degré d’humidité et de luminosité.

Le champignon de Paris, par exemple, nécessite une bonne ventilation et doit être protégé de la lumière. Ce type de champignon se cultive dans des conditions légèrement humides avec comme support, du crottin de cheval et de la paille. Avec lui, les variétés de champignon cultivables les plus communes sont : la morille, le shiitake, le pied-bleu, le pleurote en forme d’huître et la truffe du Périgord.

Les supports utilisés en myciculture

Il existe différents supports ou substrats selon la variété de champignons à cultiver. On distingue :
> Le bois : destiné aux champignons dits saprophytes (qui décomposent le bois comme le shiitake). On utilise souvent du bois dur comme du bouleau ou du châtaignier.
> La paille céréalière : de la paille de blé, de riz ou de seigle. C'est un support idéal pour les pleurotes et les strophaires.
> Les déchets agricoles : ce sont les déchets de l’agriculture que l’on peut récupérer en guise de substrat pour les champignons. Les feuilles de bananes par exemple constituent un support parfait pour les reishi ou les pleurotes.
> Le papier : fait à partir de cellulose, le papier est parfait pour les saprophytes. Un bon moyen pour recycler les vieux journaux.

En général, les champignons s’adaptent à leur substrat mais il est toujours mieux de choisir le bon support pour une meilleure récolte.

Débuter sa champignonnière

Débuter sa champignonnière n’est pas difficile mais nécessite tout de même du doigté. Pour commencer, vous aurez besoin de deux choses : un substrat adapté et du mycélium, l’embryon de votre future culture. C’est la partie végétative du champignon, ayant un fort pouvoir de dissémination et contenant tout le nécessaire pour la fructification de votre petite exploitation. Vous pouvez le produire vous-même mais il est plus simple de se procurer le mycélium dans un magasin spécialisé.

Maintenant que vous avez votre mycélium et le bon substrat, il suffit de suivre les étapes :

1. Stériliser votre substrat pour éviter qu’il ne soit colonisé par des bactéries ou d’autres champignons. Il suffit pour cela de le mouiller puis de l’enfermer dans un bocal ou un sac thermorésistant avant de passer le tout à la cocotte minute pendant une heure.
2. Inoculer votre mycélium dans le substrat stérile.
3. Placer le tout dans un incubateur, à l’abri de la lumière du soleil.

Une fois que le mycélium aura colonisé tout le substrat, il vous faudra vaporiser de l’eau quotidiennement sur votre champignonnière pour assurer le bon développement des champignons. Au bout de quelques semaines, vous aurez de beaux champignons maison !

Par

Publié le

A lire ailleurs