Colocation réussie : mode d'emploi

La vie en colocation fait parfois fantasmer mais lorsqu'on l'expérimente pour de vrai la désillusion peut être grande. La promiscuité et le partage peuvent entraîner conflits, mauvaise ambiance et mal-être de tous. Aussi doit-on fixer le plus tôt possible des bases pour une colocation heureuse et réussie.

Colocation réussie : mode d'emploi

Par son aspect convivial et économique, la colocation attire toujours plus de locataires, des étudiants en passant par les seniors. Si cette expérience peut être une véritable réussite, elle peut aussi très vite virer au cauchemar.

Répartition des tâches ménagères, aspect financier, règles de vie, rien ne doit être laissé au hasard si vous voulez vivre une colocation harmonieuse.

Fixer des règles de vie

Dès les premiers jours dans le logement il est important de poser les bases de la colocation. Les règles de vie doivent être énoncées clairement, voire écrites. On pense bien entendu à la répartition des tâches ménagères qui peut être source de conflits. Qui sort les poubelles, qui nettoie, à quelle fréquence... ?

Le partage de l'espace est ensuite le second point essentiel à discuter, notamment dans des lieux de vie comme la cuisine et la salle de bains. Comment s'organise-t-on pour répartir les rangements, l'espace dans le frigo etc.

Autre sujet qui devra être abordé, l'occupation des parties communes et la visite de personnes extérieures. Est-ce qu'un locataire en couple est autorisé à faire dormir son partenaire au domicile, est-ce qu'un habitant fêtard est autorisé à organiser des dîners ou des soirées à la maison ? Mieux vaut rapidement éclaircir ces questions pour que tout se déroule au mieux.

Les bons comptes font les bons amis

La partie financière est aussi une source de tensions. Car en colocation, il n'y a pas que le loyer et les charges qui sont partagés. Dans certains foyers on partage également des produits de base.

À la cuisine, les condiments, dans les toilettes le papier, dans tout le logement, les produits d'entretien. Pour éviter les clash, chacun doit mettre la main à la poche afin que les coûts soient partagés équitablement.

Si le choix a été fait de renouveler à tour de rôle ces produits, il est important qu'il n'y ait pas de retard dans le réapprovisionnement ce qui pourrait susciter l'exaspération des autres colocataires.

Ses qualités humaines au service des autres

La promiscuité, le manque d'intimité, l'obligation de partager exigent que chacun y mette du sien afin que la vie en communauté se déroule au mieux. Il faut savoir être à l'écoute des autres et de leurs besoins, comprendre quand il ont besoin d'espace notamment.

La tolérance, l'ouverture d'esprit, la bienveillance sont de mise. On se doit également d'être souple et de savoir communiquer plutôt que de s'affronter lorsque des tensions naissent.

Si ces points essentiels peuvent paraître évidents, il y a une chose qui l'est moins, celle de ne pas s'oublier soi-même. Être tolérant et souple ne signifie pas qu'il faut oublier ses propres besoins et son propre ressenti. Voilà un équilibre difficile à trouver qui vaut pourtant la peine de s'y essayer, tant la colocation peut être une expérience particulièrement enrichissante.

>> A LIRE AUSSI : Bien choisir ses colocataires

Publié le 11/10/2017, par Carole Guidon

"Comme Neale Donald Walsch, je crois que la vie commence là où notre zone de confort s'arrête. Et vous ?"