Casanier et fier de l'être !

Être casanier n'a jamais réellement été perçu comme une qualité. Préférer rester chez soi plutôt que de sortir et de profiter de ce que le monde peut nous offrir a pourtant du bon. Désormais c'est décidé, on assume pleinement notre vraie nature.

Casanier et fier de l'être !

Regarder un film sur son petit écran plutôt qu'au cinéma, se cuisiner de bons petits plats à la maison plutôt qu'aller au restaurant, nombreux sont ceux qui ne comprennent pas ces gens qui préfèrent vivre chez eux au lieu de parcourir le monde. Être casanier n'est pourtant pas un défaut, il se pourrait même que cela ait quelques avantages.

Ces gens bizarres qui aiment vivre chez eux

Ils sont incompris, les casaniers, ces gens qui préfèrent rester à la maison plutôt que de sortir. Accusés à tort de vivre comme des reclus, voire de ne pas aimer la compagnie d'autrui, ils ne sont pas toujours très bien vus par ceux qui, à l'inverse, sont toujours très entourés et ne rentrent chez eux que pour dormir.

Ce n'est pourtant pas une espèce rare, de très nombreuses personnes s'épanouissent pleinement dans ce style de vie. Lire des livres, regarder des films, s'adonner à des loisirs créatifs, cuisiner, profiter de ses proches en toute intimité, travailler sa déco intérieure et même faire du sport, il faut dire que les activités ne manquent pas à la maison. Un casanier n'est donc pas un marginal. Vous n'êtes pas seul !

Ce n'est pas non plus un misanthrope : le casanier peut prendre du plaisir à voir ponctuellement du monde, à pratiquer un sport collectif, à organiser un dîner entre amis... Le mode de vie des casaniers, souvent décrié, a finalement de nombreux avantages, et même des bienfaits, qu'on ne soupçonne pas toujours.

Le rendez-vous avec soi-même

Rester à la maison, on vous l'assure, ça a vraiment du bon. Au-delà du plaisir immédiat que l'on ressent à passer du temps dans son cocon en toute sérénité, cela a également d'autres vertus méconnues.

Être au calme loin de l'agitation du monde, c'est par exemple l'occasion de se retrouver avec soi-même et de faire le point. On ne s'en rend pas toujours compte, mais le dialogue interne qui s'opère à ce moment-là loin des messages parasites extérieurs est plus que sain. C'est l'occasion de pratiquer la méditation ou de faire quelques exercices de yoga.

Passer du temps dans la douceur d'un foyer chaleureux, c'est aussi se ressourcer, reprendre son souffle loin des préoccupations de la semaine, en s'offrant un bain en plein hiver, en profitant d'une sieste réparatrice ou encore en s'occupant de son jardin. Et cela est aussi bon pour le corps que pour l'esprit, puisqu'on leur offre à tous les deux du temps et de l'espace pour récupérer lorsque cela est nécessaire.

Assumer le regard des autres

Si passer du temps chez soi a du bon, il est parfois encore difficile d'assumer sa vraie nature. Quel dommage, car certains se privent encore de ce plaisir à cause du regard des autres.

Ce que l'on peut dire, c'est qu'il n'y a aucune raison de se sentir honteux d'être casanier. Cela n'est pas une tare ou quelque chose de malsain. Chacun a le droit de mener sa vie comme il l'entend, et personne d'extérieur n'a son mot à dire là-dessus.

Si vous avez encore un peu de mal à assumer, pensez à vous, à votre bonheur. Ne vous sentez pas coupable, car il n'y a aucun mal à se vouloir du bien.

>> A LIRE AUSSI : Je suis introverti et je m'en moque

Publié le 23/05/2016, par Carole Guidon

"Comme Neale Donald Walsch, je crois que la vie commence là où notre zone de confort s'arrête. Et vous ?"