Burn out : reconnaître les signes de l'épuisement

Si la plupart d'entre nous a conscience des causes pouvant être à l'origine d'un burn out, nous sommes parfois dans le flou lorsqu'il s'agit d'en reconnaître les symptômes, particulièrement lorsque nous sommes nous-mêmes touchés. Reconnaître les prémices d'un épuisement professionnel est pourtant primordial pour prendre en charge le plus tôt possible cette affection et en prévenir les conséquences.

Burn out : reconnaître les signes de l'épuisement

Le terme burn out est à la mode ces dernières années, cette affection semblant toucher de plus en plus de travailleurs avec parfois des conséquences dramatiques. Il est donc judicieux d'apprendre à en reconnaître les symptômes dès ses premières manifestations.

Découvrez également comment réagir face à un syndrome d'épuisement professionnel, qu'il vous touche personnellement ou l'un de vos proches.

Burn out : quand le travail épuise

On a longtemps pensé que l'épuisement professionnel était rattaché à des professions exigeantes comme celles des soignants ou des travailleurs sociaux. Mais on le sait désormais, toutes les catégories socio-professionnelles peuvent être impactées. Car le burn out est causé avant tout par un stress chronique très présent dans le monde du travail moderne. Ce stress peut lui-même être le fruit d'une charge de travail trop importante, dû à des problèmes relationnels avec les collègues et les supérieurs ou encore à des horaires éprouvants.

La personnalité a également un rôle à jouer dans l'apparition de cette affection. Ainsi, ceux qui s'investissent beaucoup dans leur emploi, qui veulent toujours faire plus sont particulièrement exposés au burn out, surtout lorsqu'un autre facteur entre en jeu, celui du manque de reconnaissance ou le manque d'autonomie.

Diagnostiqué parfois tardivement, l'épuisement professionnel a pourtant de lourdes conséquences aussi bien sur la vie privée que sur la vie professionnelle. Dépression, anxiété, et même pensées suicidaires, il ne faut pas prendre ce trouble et son impact sur le malade à la légère.

Distinguer les premiers signes d'épuisement

Il est impératif de reconnaître le plus tôt possible les symptômes du burn out afin de prévenir ses conséquences. Un des signes caractéristiques de ce trouble est une fatigue chronique. D'autres symptômes physiques peuvent également être retrouvés comme des insomnies, des douleurs dorsales, des troubles digestifs, des maux de ventre mais aussi des maux de tête.

Sur le plan psychologique, là aussi des signes doivent alerter. Des troubles de la concentration, une démotivation, une irritabilité, la sensation d'être dépassé par les événements, une tendance à l'isolement sont caractéristiques.

Les troubles du comportement alimentaires et une toxicomanie peuvent aussi cacher un épuisement professionnel.

Prévenir avant de guérir

S'il faut agir vite à tous les stades de l'épuisement professionnel, on peut le prévenir en en comprenant bien les causes. On peut ainsi reconnaître un environnement ou des conditions favorables à sa survenue et prendre les mesures qui s'imposent pour l'éviter. Mais il faut bien le reconnaître, il est parfois difficile de faire passer sa santé avant son travail...

En cas de suspicion de burn out, il faut quoiqu'il arrive se rapprocher de son médecin généraliste qui pourra prescrire un arrêt de travail, voire un traitement médicamenteux adapté. Il peut également être nécessaire de consulter un psychologue, qui pourra notamment aider au retour au travail quand celui-ci génère des craintes et de l'appréhension. Enfin, la reconversion professionnelle doit parfois être envisagée.

Dans tous les cas, le médecin généraliste comme le médecin du travail et les psychologues sont à l'écoute pour mettre fin à la souffrance et à l'épuisement du travailleur victime de burn out. Ne pas s'isoler et en parler dès les premiers signes est primordial. Si vous reconnaissez ces symptômes caractéristiques chez l'un de vos proches, n'hésitez pas à lui en faire part, celui-ci n'ayant peut-être pas conscience de l'état dans lequel il se trouve.

>> A LIRE AUSSI : Evitez la déprime du télétravail

Par Carole Guidon

Mis à jour le