Bientôt, on pourra rouler son écran télé

L'écran flexible, pliable ou même enroulable est un mythe après lequel les constructeurs ont longtemps couru. Pendant des années, ils ont ainsi imaginé des concepts puis des prototypes, jusqu'à aujourd'hui où il semblerait qu'on y soit presque.

Bientôt, on pourra rouler son écran téléPhoto: LG Display Co.

La première fois où l'on a vu des écrans "façon papier" a été ... dans les films de science-fiction ! Fins, translucides, lumineux et surtout pliables, ces écrans ont éveillé dès les années 90 un fort besoin de se libérer du carcan rigide des cadres et de tout le plastique qui va avec.

Les constructeurs l'ont bien senti et, depuis ces 15 dernières années, ils ont travaillé chacun de leur côté pour offrir le premier écran souple grand public du marché.

Les premiers écrans souples

Dans l'esprit du public, les principaux acteurs historiques de l'écran flexible sont des industriels médiatiques comme Sony, LG et Samsung. Et pourtant, c'est E Ink, un fabricant aujourd'hui assez méconnu, qui inaugura la voie aux écrans flexibles avec un écran noir et blanc hyper fin de quelques millimètres, capable de s'enrouler comme une cigarette sans que cela ne nuise à son fonctionnement. C'était en 2003.

En 2010, Sony présenta sa version de l'écran flexible au public. Un écran couleur ultra fin avec un cylindre de 4 mm façon stylo, autour duquel il vient s'enrouler sans complexe.

Depuis, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et, avec le succès indiscutable de ses smartphones haut de gamme, c'est Samsung qui tient aujourd'hui la dragée haute à ses concurrents. Pour la petite histoire, la FOLED (Flexible OLED), l'une des technologies se cachant derrière les écrans souples d'aujourd'hui, se base sur des découvertes faites dans les années 80. Comme quoi...

Les applications de l'écran flexible

Les utilisations des écrans souples sont nombreuses au quotidien. Au-delà de l'évidente évolution qu'ils offriront à nos appareils mobiles actuels (les Samsung Galaxy S6 et S7 Edge n'étant que les prémices de ce qu'ils peuvent offrir réellement), ils ont également leurs billes à jouer dans la décoration par exemple. On peut très bien imaginer des posters qui pourront afficher sans souci tout type de contenu (images et vidéos), ou encore des étiquettes interactives.

Les médias pourront également profiter de cette évolution, et c'est d'ailleurs le cas avec la société E Ink qui a lancé l'e-paper, un écran souple pouvant afficher du contenu (textes, images et vidéos) pour un rendu similaire à un journal ! Ils commercialisent également des liseuses au confort annoncé comparable aux livres.

Les écrans souples sont en première ligne pour révolutionner les prochains wearables (accessoires portables) avec des montres et des bracelets connectés flexibles qui s'enroulent autour du poignet. Évidemment, les constructeurs ont également en stock des ordinateurs comme le Flexbook de Fujitsu, un concept de laptop qui peut littéralement se plier au format netbook, tablette et même liseuse à deux pages.

L'avenir des écrans flexibles est donc assuré mais il reste un domaine où demeure un grand point d'interrogation : la télévision.

LG et son prototype d'écran TV enroulable

Jusqu'ici, les écrans souples étaient de petites tailles, généralement moins de 10 pouces. Ça, c'était avant. Aujourd'hui, LG vient de dévoiler son prototype d'écran TV enroulable de 18 pouces, un monstre d'ingéniosité présenté lors du CES 2016.

L'écran en question utilise la technologie OLED et, lors de la démonstration sur leur stand, il pouvait être incurvé ainsi que subir autant de déformations que l'on veut sans que son fonctionnement n'en soit altéré. Il a même été roulé en un cylindre d'un diamètre de 6 cm sans souci.

Aucune information technique n'a officiellement filtré du salon mais selon les rumeurs, l'écran affiche pour l'instant une résolution de 1200 x 810 pixels pour ses 18 pouces. Chez LG, on est confiant : l'entreprise vise l'horizon 2017 pour développer un écran flexible UHD transparent de 60 pouces ! Tient-elle là une technologie novatrice qui pourrait renverser le leader Samsung ? L'avenir nous le dira.

Publié le 02/03/2016, par Maurice Demeyer

"J'aime l'interaction qui se crée entre l'homme et la machine. Mais les objets connectés qui ont investi notre quotidien me laissent cois devant l'immensité de la tâche à accomplir."