Bien financer son logement

Beaucoup de futurs propriétaires se demandent comment éviter de s'endetter au delà du raisonnable, quels sont les types de prêt à privilégier, en quoi consiste la protection de l'emprunteur immobilier... Les réponses à vos questions.

Bien financer son logementPhoto: 123RF Stock Photos

Si vous avez décidé de franchir le pas et d'acquérir votre propre logement, vous êtes probablement confronté au problème numéro un de tout acheteur : où trouver l'argent ? A moins que vos économies suffisent, il vous faudra avoir recours à un crédit. Or il n'est pas toujours facile d'y voir clair dans la grande jungle des prêts. Mieux vaut s'armer de patience et connaître les rouages de l'administration bancaire.

La protection de l'emprunteur

En souscrivant un prêt immobilier, vous allez vous engager pour une durée de 10 à 15 ans, voire plus puisque certains prêts sont parfois accordés pour des durées de 30 ans. Aussi, pour éviter les engagements intempestifs, la loi a mis en place un dispositif général et obligatoire de protection de l'emprunteur immobilier. Ce dispositif s'applique dès lors que le prêt est destiné à financer des dépenses d'acquisition, de construction, de réparation, d’amélioration ou d’entretien d’un montant supérieur à 20.000 euros, que ce soit dans le neuf ou l'ancien.

La protection s'organise autour de deux mesures :
> l'obligation faite à l'établissement de crédit de vous adresser une offre préalable par voie postale, sans aucun frais pour vous. Cette offre préalable doit contenir tous les éléments d'information sur le prêt qui vous est proposé : nature du prêt, objet, montant, taux d'intérêt (c'est-à-dire le taux effectif global ou TEG qui représente le coût réel de l'emprunt puisqu'il intègre les frais d'assurance, d'hypothèque...), sa durée, la durée de validité, le tableau d'amortissement...
> la nécessité qui vous est faite de respecter un délai de réflexion de 10 jours, avant d'accepter l'offre de prêt. Ce délai est fait pour vous éviter de vous engager trop rapidement, sans avoir mesuré toute la portée de votre acte d'emprunt.

N'oubliez pas la condition suspensive insérée dans les promesses de vente ou les contrats de réservation. Elle signifie que, si vous n'obtenez pas les prêts immobiliers demandés, l'acte que vous avez signé sera annulé. Vous devrez alors récupérer toutes les sommes déjà versées, notamment votre indemnité d'immobilisation ou votre dépôt de garantie.

Prenez le temps de l'étude et de la réflexion

Quel que soit le prêt que vous allez choisir, respecter quelques précautions :

> Ne vous endettez pas au-delà de ce qui est raisonnable. On considère qu'il ne faut pas consacrer plus de 30 % de ses revenus à des remboursements d'emprunt.
> Faites jouer la concurrence entre les différents établissements de crédit. N'hésitez pas à contacter, en plus des banques ou des sociétés de crédit, les courtiers qui peuvent, grâce au volume de prêt qu'ils négocient, obtenir pour vous des conditions préférentielles.
> Si vous achetez dans du neuf, n'hésitez pas non plus à étudier avec attention les offres de prêt que peuvent vous proposer les promoteurs, car ces offres peuvent être très intéressantes, en raison là encore des volumes de prêts qui sont négociés.
> Lorsque vous comparerez différentes offres, ne vous attachez pas seulement au taux d'intérêt. Ce qui compte, c'est le coût total de votre crédit, c'est-à-dire le montant total de ce que vous aurez remboursé au bout des 10 ou 15 ans de votre prêt : capital, intérêts, assurances, coût de l'hypothèque, frais de dossier...

Les différents modes de prêts

Le prêt bancaire
Il se négocie directement entre l'emprunteur et sa banque : prêts à taux fixes à mensualités constantes ou modulables, prêts à taux révisables classiques, crédits relais...
Le prêt à taux zéro
Un prêt qui permet de faire des économies substantielles, puisqu'il n'y a pas d'intérêt à rembourser, mais réservé aux emprunteurs dont les revenus ne dépassent pas certains plafonds.
Le prêt d'accession sociale (PAS)
Le principal intérêt du prêt PAS est d'ouvrir droit à l'APL et d'offrir à ses bénéficiaires un dispositif de sécurisation en cas de "coup dur".
Les prêts d'épargne logement
L'épargne-logement reste, aujourd'hui encore, le moyen le plus sûr de se constituer une épargne, puis d'obtenir un prêt immobilier à des conditions avantageuses.

Publié le 19/06/2013, par Guillaume

"Créateur du site et auteur de nombreux articles, je supervise aussi l'équipe de rédacteurs, pour vous faire partager nos trouvailles, nos idées, nos envies."