6 poêles de chauffage à comparer

Vous avez envie de vous offrir un poêle pour chauffer votre maison mais vous hésitez encore parmi les modèles disponibles ? Entre les avantages économiques et écologiques, les atouts en terme de rendement ou d'installation, en passant par les inconvénients du prix, faisons le point sur les principaux poêles de chauffe disponibles sur le marché.

6 poêles de chauffage à comparerPoêle à bois Sydney chez Panadero

Lorsqu'il s'agit de choisir un système de chauffage, qu'il soit principal ou d'appoint, le choix du poêle se fait de plus en plus tentant, pour des raisons de performance mais aussi pour son côté esthétique. Vintage mais tendance, efficace mais souvent économique, le poêle est notamment plébiscité par les propriétaires de maison individuelle. Encore faut-il savoir pour lequel craquer.

Voici une petite comparaison des 6 types de poêles de chauffe, pour s'équiper en toute connaissance de cause.

1. Le poêle à granulés

Le bon vieux poêle de nos grands-parents s'est modernisé. Aujourd'hui, le poêle à la mode utilise des granulés de bois à la place des traditionnelles bûches. Ce combustible, appelé "pellets", est fabriqué à partir de déchets de bois. Un poêle à granulés utilise donc la chaleur dégagée par le combustion de ces pellets pour réchauffer votre maison. L'avantage, c'est que les pellets sont plus faciles à acheter, à stocker et à manipuler. En outre, ce combustible est écologique, il produit moins de cendres et se recharge automatiquement. Enfin, le poêle à granulés offre un bon rendement pour un minimum d'entretien. En revanche, il consomme un peu d'électricité (allumage, alimentation...) et les granulés sont plus chers que les bûches.

2. Le poêle à bûches

C'est donc probablement pour des raisons économiques que certains se tournent vers le poêle à bûches, ces dernières étant assez bon marché. Leur combustion réchauffe l'air à la fois par convection et par rayonnement, pour un rendement assez bon mais variable selon le type d'appareil. Outre le faible coût du combustible, le gros avantage du poêle à bois réside dans le foyer où crépitent les flammes, pour un côté chaleureux rappelant la cheminée. De plus, les modèles sont très variés et permettent de choisir un appareil vintage, traditionnel ou design. L'inconvénient majeur, c'est le stockage des bûches à prévoir, ainsi qu'une recharge permanente pour un fonctionnement optimal. Ce poêle demande aussi d'installer un conduit d'évacuation des fumées. Quant au prix, il varie également en fonction de l'appareil (du simple au double).

3. Le poêle à gaz

Fonctionnant avec un bouteille de propane ou de butane, ce type de poêle utilise un brûleur pour permettre la combustion du gaz. Très bon marché à l'achat, le poêle à gaz existe en trois versions : à infrarouge, à infrableu ou à catalyse. L'avantage est qu'il chauffe de manière continue, avec une bouteille peu encombrante qu'il faut changer de temps en temps. L'inconvénient principal est lié aux gaz polluants générés lors de la combustion. Le prix du gaz peut être également un frein, surtout que les hausses de prix peuvent être soudaines. Enfin, un détecteur de CO2 doit être prévu pour éviter tout danger en cas de fuite de gaz.

4. Le poêle électrique

Souvent choisi comme petit chauffage d'appoint, le poêle électrique utilise des résistances pour chauffer l'air entrant. Un système de LED donne l'illusion d'un foyer aux allures de feu de bois. Très bon marché, son prix d'achat est toutefois variable en fonction de nombreuses options. L'avantage de l'électricité, c'est la facilité à installer, à transporter et à utiliser un tel type de poêle. Les modèles disponibles sur le marché sont nombreux et le foyer - bien que fictif – offre un effet chaleureux très recherché. En revanche, le poêle électrique offre un rendement assez médiocre qui en fait un appareil à usage occasionnel.

5. Le poêle à l'éthanol

Souvent considéré comme un "faux" poêle en raison d'un rendement très faible, ce poêle utilise du bioéthanol, contenu dans un réservoir et consommé par un brûleur. Son prix, accessible, varie selon l'autonomie et l'aspect du poêle. L'avantage, c'est le look très varié des appareils allié à la belle flamme produite lors de la combustion, façon feu de cheminée. En outre, l'appareil fixe ou mobile s'installe en un clin d'œil et ne génère aucun déchet. L'inconvénient est que l'éthanol est assez cher (autour de 2 euros le litre) alors même qu'il se consume rapidement. Attention aussi à la petite odeur qu'il peut dégager.

6. Le poêle à pétrole

Dans ce type de poêle, le pétrole est brûlé à l'aide d'une mèche pour donner de la chaleur. Certains modèles, électroniques, ont un brûleur à injection ainsi qu'une soufflerie. Dans tous les cas, le poêle à pétrole est facile à installer, peu cher à l'achat et il a le mérite de chauffer rapidement. Mais son inconvénient réside dans son combustible, polluant, à l'odeur reconnaissable et au prix instable. De plus, ce poêle peut avoir des parois très chaudes (donc dangereuses) et humidifier l'air ambiant. Attention aussi au monoxyde de carbone : une bonne aération est de mise.

Si malgré toutes ces explications, vous hésitez encore, sachez que certains types de poêles peuvent profiter des aides relatives à la rénovation énergétique : c'est le cas des poêles à bûches et des poêles à granulés. Une option intéressante pour faire baisser le coût de ses travaux énergétiques.

Par

Publié le

A lire ailleurs